• Affaire des caricatures et choc des civilisations

    Mieux vaut ne pas être ambassadeur du Danemark, dans les temps qui courent. Si sur le plan intérieur, la situation est revenue à la normale après une bonne semaine de troubles urbains, l'affaire de la reproduction des caricatures dans dix-sept journaux danois à la mi-février (et longuement détaillée ici) reste sensible au Moyen-Orient et, plus généralement, dans les pays à majorités musulmanes.

    Ca avait en fait démarré très fort, dès le 13 février, jour de la parution des caricatures. Dès le milieu de la journée, l'ambassadeur danois était convoqué chez le ministre des affaires étrangères iranien, pour se voir signifier le mécontentement des dirigeants iraniens. La menace est claire: rupture des relations diplomatiques entre les deux pays si le Danemark ne présente pas d'excuses officielles. Evidemment, celles-ci ne viendront jamais.

    Le lendemain, les réactions continuaient à affluer. Au Koweït d'abord, où les parlementaires appelaient au boycott du Danemark sous toutes ses formes. Par communiqués, le Hamas et le OCI (Organisation de la Conférence Islamique) condamnaient également fermement la nouvelle publication des caricatures. Le lendemain, jour de la prière oblige, un certain nombre de manifestations anti-danoises se déroulaient dans les rues de la bande de Gaza et du Pakistan, où le drapeaux rouge et blanc fut brûlé. Puis vint le tour de l'Egypte en début de semaine suivante: annulation de matchs de football contre les équipes du Danemark juniors, puis condamnation de caricatures, censure des journaux, manifestations étudiantes et convocation de l'ambassadeur. Peu après, c'était à la Conférence Irakienne de condamner la reproduction des dessins. Dans d'autres pays, des campagnes de presse s'organisèrent aussi: en Jordanie, une campagne publicitaire encourageait à une rupture des relations diplomatiques avec le Danemark et à l'expulsion de son ambassadeur, tandis qu'en Mauritanie des médias faisaient pression pour pousser le Danemark à stopper «les agressions farouches menées par les milieux de droite contre le prophète Mahomet».

     


    Crédits photo: AFP

     

    Mardi 26, presque deux semaines plus tard, c'était au tour du Soudan de décréter le boycott des produits danois, le chef du gouverement soudanais invitant «tous les musulmans du monde entier» à faire la même chose. Deux jours plus tard, un ministre du Yémen déclarait devoir envisager une rupture des relations avec le Danemark «s'ils continuent à publier des caricatures comme celles-ci». Puis la flamme de l'indignation s'empara de l'Afghanistan, où des responsables religieux défilèrent dans les rues et où certains parlementaires crièrent «mort aux ennemis de l'islam». Enfin, cette semaine, ce fut au tour du Conseil des Oulémas du Maroc et de la Haute Assemblée Islamique tunisienne de condamner l'attitude des journaux danois.

    Il peut s'avérer intéressant de souffler deux minutes, et de lister tous ces pays sus-cités: Iran, Koweït, Palestine, Pakistan, Egypte, Irak, Jordanie, Mauritanie, Soudan, Yémen, Afghanistan et, dans une moindre mesure, Maroc et Tunisie. Rien que ça. Bien sûr, il ne s'agit, dans un certain nombre de cas, que d'initiatives isolées. Bien sûr, contrairement à 2006, la situation semble moins grave, moins inquiétante, moins radicale. Bien sûr, cette fois-ci, certains gouvernements radicaux ou fondamentalistes font preuve de plus de prudence, n'ayant pas envie de se retrouver avec du sang sur les mains, comme ce fut malheureusement le cas deux ans plus tôt. Mais tout de même, il y a bien un mouvement lent, indéniable, inquiétant, émergeant -renforcé avec l'actuelle controverse autour du film anti-islamique d'un député néerlandais. La fracture Orient/Occident semble s'aggraver, passant du statut de pessimiste théorie pour prendre une forme plus rationnelle.

    C'est une conséquence du phénomène de mondialisation: des nouvelles technologies d'information et de communication aux diasporas et replis communautaires, le monde des sociétés évolue logiquement et inéluctablement vers une société mondiale. Le choc des civilisations ne pourra être amorti que par des concessions des différents partis. Or, en republiant les caricatures, les journaux et le gouvernement danois savaient pertinemment à quelles réactions s'attendre. Là est -et j'accuse- leur responsabilité.

    Le choc des civilisations. Le défi du 21ème siècle. Chouette programme en perspective !


    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :