• Je n'ai pas souvenir d'avoir évoqué sur ce blog la maison des étudiants d'Århus, ou sTUDENTERHUS åRHUS - injustice ce soir réparée, donc. Maison des étudiants qui a pour particularité d'être une espèce de château (un air de Poudlard, non?) et d'être située sur le port (probablement l'ancienne capitainerie). C'est surtout le centre névralgique d'une partie de la vie étudiante locale.

    Infrastructures. La sTUDENTERHUS åRHUS dispose en effet d'un bar (pakhuset) où se déroule tous les mardi soirs la "soirée internationale". Mais le bar peut aussi faire salle de concert ou se transformer en boîte de nuit, comme souvent les jeudi et vendredi soirs. Il y a aussi une grande salle où sont régulièrement projetés des films et documentaires. En anglais s'il vous plaît !

    Organisation. La sTUDENTERHUS åRHUS, c'est aussi toute une équipe bien rôdée d'étudiants qui organisent des spectacles, concerts, manifestations, visites, excursions, voyages, qui rédigent les newsletters hebdomadaires (qu'on ne lit pas toujours d'ailleurs!..), qui tiennent à jour le site internet, qui impriment des tracts ou collent des affiches. Sans compter une armée de bénévoles qui tiennent le bar, nettoient les salles et font connaître les évènements. Bref, une véritable organisation à la danoise. D'ailleurs le QG, où travaille le "board", ressemble à une véritable fourmilière avec les téléphones qui sonnent, les imprimantes qui crépitent et les feuilles qui volent...

    En tout cas, nous lui devons une sacré chandelle: celle de nous avoir organisé la visite Du lieu à voir au Danemark, de l'Attraction au sens propre du terme, j'ai nommé Legoland, héhé...

     

    PS: j'en profite pour souhaiter la bienvenue à Paris au Colonel K., honnête lybien, ancien terroriste, acheteur d'armes et de centrales nucléaires, et dictateur à ses heures perdues. En espérant que le VRP Sarko Ier aura pensé à lui procurer un chauffage pour sa tente. Blaaague...


    3 commentaires
  •  

    Non mais on déconne pas quand on dit que tout est démesuré dans cette université. Les cantines ont même leurs gobelets personnalisés !

     

    Et ce midi - ça fait plaisir, d'ailleurs - nous avons travaillé au soleil, sur une table de pique-nique. Dehors... En décembre... Au Danemark... Comme quoi tout est possible !


    votre commentaire
  • On a tous un petit dictionnaire-traducteur de poche sur notre bureau. Mais ce dictionnaire n'est pas toujours un dictionnaire français/danois. J'en profite donc pour faire une petite visite guidée du midtersider, vous savez, cette rubrique centrale où l'on trouve tout le nécessaire pour survivre dans la langue locale...

     

    Preuve si nécessaire de l'influence française sur la cuisine mondiale -ou plus largement des stéréotypes danois sur la France- la première partie du midtersider est intitulée Menukortet. Probablement la plus drôle du dictionnaire.

    Dans le sens fransk-dansk, seize pages vous informent qu'en danois un topinambour est un jordskok, ou qu'une ratatouille est un provencalsk grøntsagsragout. C'est même l'occasion de découvrir de nouveaux mots: je ne savais par exemple pas que baudroie (havtaske) était l'autre nom de la lotte. Enfin, il est amusant de remarquer que tous les aliments ou plats n'ont pas forcément de traduction littérale (fallait-il s'en douter..). Ainsi pain au chocolat se traduit en slags croissant med chokoladefyld, quant au cassoulet, on peut le définir comme un lammekød kogt med bacon, pølse, hvide bønner, løg og gulerødder ! Bref, de quoi survivre pour un danois en France...

    Dans le sens dansk-fransk, le Menukortet ne fait cette fois que dix pages, soit six de moins que le précédent ! Il faut dire que l'on se débarrasse des noms et explications compliquées de plats ou sauces, pour revenir à des choses plus rationnelles telles que kage (gâteau), æg (oeuf) ou perlehøne (pintade). Bref, de quoi survivre pour un français au Danemark...

     

    La deuxième partie du midtersider est intitulée Parlør, et indique les expressions servant à communiquer. Précédent toute la série de questions, un avertissement en danois précise qu'avant chaque question, il faut dire "s'il vous plaît". Car c'est là que les danois font fort: chez eux, le "s'il vous plaît" n'existe pas - lorsque nécessaire, ils utilisent le ja tak (oui merci).

    Concernant les expressions à connaître, ce sont les mêmes que celles qui nous faisaient rire lorsqu'au collège nous ouvrions les traducteurs à leur milieu. Figure toujours en bonne place le hjælp (au secours) -«pourriez-vous arrêter de me frapper quelques secondes le temps je cherche comment appeler de l'aide? Ben tiens..»-, le jeg kan ikke forstå (je ne comprends pas), le hvad er klokken? (quelle heure est-il?) ou encore l'indécrottable hvor ligger det nærmeste posthus? (où se trouve le bureau de poste le plus proche?). S'ensuit toute une série d'expressions et de questions pouvant servir à un séjour dans l'un des deux pays. Mention spéciale au thème hotel, où s'étale sur deux pages des phrases telles que "est-ce qu'il y a une télévision", "quelle taille fait le lit", "puis-je avoir un taxi", "le petit-déjeuner au lit"... Les danois seraient-ils du genre douillets ?

     

    La troisième partie, Tidsangivelser, est consacrée au temps (heure, calendrier). La quatrième partie, Grammatik, prétend accomplir l'immense et utopique exploit de résumer la grammaire française en treize pages... Soit deux fois moins de pages que la partie consacrée à la nourriture, suivez un peu ! Enfin la dernière partie s'attaque aux verbes irréguliers (Uregelmæssige verber). Quatorze pages de verbes... bon appétit !

    En fait, elle est là, l'explication du déclin de la langue française au Danemark. C'est vrai que si c'est pour se farcir le cortex à apprendre une telle grammaire pour seulement pouvoir bien bouffer, alors à quoi bon?! Non vraiment, autant aller au McDo... (dédicace à celle qui se reconnaîtra^^)


    1 commentaire
  • Tradition danoise ou propre à Århus? Toujours est-il que le dernier vendredi de novembre a lieu la juleparade (parade de noël) en centre-ville. On y vient en famille ou entre amis, et hier, toute la ville avait l'air d'être là: bonjour les "embouteillages piétons" et divers écrasements d'orteils. Et au programme du défilé: un père noël tendance, des majorettes, des fanfares, des petits père noëls distribuants des bonbons, et même des véhicules de pompier et de police, c'est que les danois ne font pas les choses à moitié ! (photos dans l'album "Arhus" ici et petite vidéo )

    Plus qu'une simple parade, ce vendredi est une vraie fête. La tradition veut que les magasins restent ouverts jusque minuit et que l'on passe la soirée dans la ville magnifiquement décorée et éclairée de mille feux. Ca y'est, la folie de noël est vraiment là !


    votre commentaire
  • Un couple au bord du trottoir, les pouces levés vers le ciel, au milieu d'une ligne droite d'habitude avalée à toute vitesse. Le bus qui s'arrête et le couple qui monte à bord.

    C'est pas grand chose, mais c'est avec des petites choses qu'on fait les grandes. Bienvenue au Danemark.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique