• Le plus dur, lorsqu'on patine, c'est de cadrer l'image en maintenant son équilibre, le tout en évitant les chauffards qui vont à contre-sens - et peu importe l'âge qu'ils aient. Cet après-midi, c'est pas passé loin !



    3 commentaires
  • Promis, je ne vous parlerai pas de Nicolas et Clara en villégiature à Mickeyland, ni des derniers soubresauts dans la politique intérieure bhoutanaise*. Plutôt de la fin de ce premier semestre danois.

     

    C'est une ambiance assez étrange. On fait la fête, presque comme jamais, pour fêter la fin du semestre et surtout profiter des derniers moments tous ensemble. Mais à côté de ça, on bosse, ou tente de bosser, la période d'examen battant son plein (elle s'étale de début décembre à fin janvier). Pour ma part, j'ai un essay de vingt pages à rendre avant le 7 janvier.

    C'est une ambiance assez étrange. On dit au revoir à un certain nombre de personnes, qui sont devenus, au fil des semaines, les souriants visages de notre quotidien. Une bonne moitié des étudiants rentrent en effet poursuivre leurs études dans leur pays. D'un autre côté, ce ne sont pas vraiment des adieux, car d'ici le départ effectif de chacun (jeudi pour moi), nous sommes toujours susceptibles de nous croiser, dans la rue, en soirée ou à l'université. Et puis un bon nombre d'étudiants, quand même, restent ici au second semestre.

    C'est une ambiance assez étrange. Les adieux sont parfois pesants, le soleil n'a pas pointé le bout de son nez depuis deux semaines, les cours sont terminés et on commence à trouver le temps long. Pas de raison pour rester, donc. D'un autre côté, partir, c'est accepter de quitter certains, définitivement. Et puis c'est, en quelque sorte, revenir à une certaine réalité.

    C'est dans cette ambiance assez étrange que certains commencent à avoir des problèmes avec leur propriétaire. Que d'autres (c'est mon cas) retrouvent leur boîte au lettre enfoncée le lendemain d'une beuverie voisine. Ou que l'on choisit ses cours pour le semestre prochain - époque saugrenue pour ce genre de projets. Oh, vraiment, la trève des confiseurs va faire du bien !

     

    * Le Bhoutan, un pays qui, pour augmenter son BNB (Bonheur National Brut), a interdit le tabac - soit dit en passant.

    Nota: Etrange ne signifie pas triste, surtout à regarder la vidéo d'un kitsch ravageur consacré à Arhus, qu'a dégoté et mis sur son blog Camille: ICI


    1 commentaire
  • C'est passé inaperçu en France, mais ça chauffe en Corée du Sud ! Les élections présidentielles sont mercredi prochain, et la lutte électorale s'est transformé en bataille rangée hier. (voir la dépêche AFP, en anglais)

     

    Lee Myung-Bak, candidat de l'opposition, a été blanchi début décembre dans une affaire de manipulation de cours, rendant possible son élection (les sondages le donnant vainqueur). Mais le camp du président sortant a dénoncé l'objectivité et l'indépendance des procureurs, et demandé un vote au Parlement, où il détient la majorité des voix, pour réouvrir l'enquête. Les supporters de Myung-Bak ont alors décidé de rendre le vote physiquement impossible. Barricadant la salle à l'aide de tables et de chaises d'abord, puis bloquant l'accès à l'estrade une fois les portes ouvertes. C'est là que les affrontements, d'une rare violence, ont éclaté. Les images parlent d'elles-mêmes... 

     

    Empoignade qui n'est pas sans rappeller l'altercation entre Dominique de Villepin, alors premier ministre, et les députés socialiste dans l'hémicycle du palais Bourbon en Juin 2006. Cette fois-ci, les huissiers étaient intervenus à temps. Souvenirs, souvenirs...




    votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire