• Un des caricaturistes danois brûlé vif?

    C'est en tout cas la thèse du Courrier d'Algérie, dans son édition du mardi 4 décembre (voir page 10). Selon le journaliste Ali Oussi, l'un des douze auteurs des caricatures aurait été brûlé vif chez lui par des personnes inconnues. Pour rappel, la diffusion de ces caricatures de Mahomet en septembre 2005 par le journal danois Jyllands-Posten (basé à Arhus) avait enflammé le monde islamiste et créé un déchaînement anti-occidental - et anti-danois.

    L'information de mardi dernier est relayée dans la même journée par le Bureau Audiovisuel Francophone. Toutefois le BAF émet quelques doutes sur sa véracité: début janvier, une information semblable avait été diffusée par l'agence de presse iranienne Fars-News, s'appuyant sur une déclaration d'un réseau culturel arabophone. Il n'empêche, la thèse de l'immolation est reprise cette semaine par plusieurs sites internet, à l'instar de Point de Bascule. En revanche, nulle évocation de cette histoire sur les grands médias, qu'ils soient francophones ou anglophones. Et pour cause.

    Selon l'auteur, ce serait le gouvernement danois qui tenterait d'étouffer l'affaire, d'où ce silence généralisé. Mais il s'agit plus probablement d'une de ces éternelles rumeurs qui circulent sur Internet (même si elle ne figure pas sur le listing d'hoaxbuster). Il est en effet possible d'en retrouver sa trace sur certains forums, évoquant une chaîne de mails, ou sur certains articles écrits en janvier après l'annonce de Fars-News. 

    Surtout que l'argumentaire du journaliste paraît léger. Il parle d'"informations recoupées et dignes de foi", mais n'évoque jamais la nature des sources. Même le silence des autorités danoises, sur lequel la thèse s'appuie pour en prouver sa véracité, ne signifie rien. En outre, le commentaire taquin ("la vengeance divine [aurait] bel et bien frappé") ajoute du discrédit quant au sérieux de l'article. Enfin, Ali Oussi, l'auteur de l'article, ne semble pas novice dans la révélation de scoops douteux.

    Espérons juste que cette affaire restera dans l'ombre, ou qu'aucun journaliste en mal de scoop ne la relayera sans en faire les recoupements d'usage. La crédibilité de l'information, bien malmenée de nos jours, est à ce prix.


    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :