• Une soirée au Danemark, c'est d'abord pour Lucie l'occasion d'essayer les vêtements du colocataire italien de Séb.


     
     
    Une soirée au Danemark, c'est aussi l'occasion de s'essayer au golf. Absence de trous oblige, il fallait donc viser le lapin.
     

     
     
    Une soirée au Danemark, c'est également l'occasion de jouer au volleyball, avec un filet de ping-pong et une balle de pilates. Gare aux dégâts!
     

     
     
    Une soirée au Danemark, c'est l'occasion de se détruire le dos en passant sous le filet. A, à, à la queue leu leu!
     

     
     
    Une soirée au Danemark, c'est enfin l'occasion de finir en rave-party, complètement déchiré, et de danser devant un mur de son toute la nuit. Du moins pour certains!
     

     
     
     
    Pour le reste, Fabrice repart demain. Et l'agenda se charge petit à petit de dates importantes, d'horaires hebdomadaires, de périodes d'examens et de dates butoires. Et oui, c'est qu'on bosse quand même, ici !
     
     
    Nico

    1 commentaire
  • Faisant un tour sur ce blog, j'allais fermer la page lorsque je me suis aperçu de la date. 11 septembre. Il y a six ans déjà.

    On sortait du colllège. Je me souviens d'être monté en voiture, d'avoir appris par mon père qu'il y avait eu des avions qui s'étaient crashés sur des tours au Etats-Unis. Je ne connaissais même pas le nom "World Trade Center", je n'avais jamais entendu parler de Ben Laden. Je ne savais surtout pas qu'on vivait un jour charnière de notre époque. Six ans plus tard, je vis dans un pays rongé par l'islamisme radical. LE problème danois??

     

    Il y a un peu plus de six mois maintenant étaient publiées au Danemark les fameuses caricatures qui feront par la suite le tour du monde, provoquant un scandale international. Pays réputé pour son calme, le Danemark s'est, semble-t-il, fait très peur. Peu de détails sur les faits en eux-mêmes. Mais, pendant les conférences du mois d'août, les orateurs sont revenus à plusieurs reprises sur l'"affaire des caricatures".

    C'est d'abord un problème qui touche leur démocratie, leur système politique. Comme en France. Liberté d'expression contre respect de la religion. Dilemne auquel on ne trouve de solution dans aucun pays occidental. Mais alors que le débat s'est depuis longtemps stoppé en France, il reste présent au Danemark. Les danois sont très fiers de leur système, de leurs institutions. Ils n'arrivent pas à admettre qu'il y a une faille dans le système. Et ce fut pour eux un choc terrible - outre le fait de voir des drapeaux danois brûlés de par le monde...

    Mais, et ça on en parle moins, l'islamisme radical est présent au Danemark. Les immigrés sont peu - voire pas du tout - intégrés à la société danoise. Ils sont parqués dans des cités, en banlieue (mais dans des immeubles plus décents qu'en région parisienne, soit dit en passant), à l'instar de Gellurupparken, près de chez moi. La simple évocation du mot "park" se passe d'ailleurs de commentaire. Très peu de femmes ne sont pas voilées, et il n'est pas rare de voir des femmes porter la "burka". Elles se déplacent toutes, comme les hommes d'ailleurs, entre membres de la même communauté. Ceci pendant que - cause ou conséquence? - le Danemark est dirigé par un gouvernement majoritaire uniquement grâce au soutien de la très influente extrême-droite. Et que le pays a toujours pour religion officielle le protestantisme.

     

    L'arrestation médiatique de terroristes à Copenhague la semaine dernière n'a rien d'étonnant. Le calme qui règne ici est pesant. Aucune mixité sociale, replis communautaires, poussée de l'extrême-droite... A l'heure où le monde se déchire pour des questions religieuses et où l'islamisme est montré du doigt, cette situation n'est pas saine, pas pérenne. Il y a un problème quelque part, mais personne n'a l'air de s'en inquiéter. Or le silence est bien plus sournois que le bruit.

     

    Sinon un français de Cergy arrive demain. Fabrice vient de menvoyer son texto: il s'apprête à passer vingt heures dans le bus. Mouahaha.

    Nico


    2 commentaires
  • A 7 dans une clio? Si si, ça tient, promis! 

     

    Vendredi soir, au pub "The Golden Lion"...

    « Oh, putain! » Ah, un français.

    « Allez, attaque! » Ah, un autre français.

    « Putain... » Ah, lui aussi?

    Bref, on a perdu 17-12.

     


     

    Samedi soir, résidence étudiante de Séb.

    « Allons enfants de la patrie, le jour.... ». Ah, des français.

    « Vai vai vai ! » Ah, des italiens.

    « Pfiou il a failli la mettre en touche, sa frappe.. » Ah, un râleur de français.

    « FALTA !! » Ah, un simulateur d'italien.

    « Putain... » Ah, un autre français.

    Bref, y'a eu 0-0, et on a même pas eu l'occasion de les chambrer - ou de se faire chambrer.

     

    C'est peut-être vain et puéril, mais quand on est à l'étranger, regarder les matchs à la télé, dans un pub ou chez quelqu'un, et qu'ils soient de rugby ou de foot, ça permet de faire jouer son chauvinisme, et de se retrouver entre expatriés. C'est pas grand chose, mais ça fait tellement plaisir!

    Nico


    votre commentaire
  • Trois minutes pour se défaire de ses attaches... Vive le festival ! 

     

    Voilà, le grand jour, c'est aujourd'hui. La Coupe du Monde de rugby démarre, en France. Le premier match va opposer la France à l'Argentine au Stade de France. Et j'aurais dû m'y trouver.

    J'avais passé toutes les étapes pour participer à cet énorme évènement. D'abord l'envoi d'un CV et d'une mini-lettre de motivation. Puis un entretien au siège de l'organisation. J'avais finalement été accepté en tant que volontaire, comme six mille autres bénévoles un peu partout en France. En mars, nous avons tous été réunis à Disneyland Paris, pour lancer la dynamique. Présence de l'équipe de France, qui venait de remporter la veille le tournoi des six nations, et de diverses personnalités. J'avais été affecté au Stade de France en tant que "assistant spectateur". Je devais donc assister, à l'intérieur comme à l'extérieur du stade (selon la rotation), à neuf matchs de la Coupe du Monde. Dont le match d'ouverture, une demi-finale et LA finale. Oui, je suis un peu dégoûté d'avoir dû y renoncer. Mais dans la vie, il faut se donner des priorités. Un volontariat ne valait pas une année au Danemark.

     

    Cette Coupe du Monde commence et l'on ne parle que de ça en France. C'est amusant, car au Danemark, personne n'en parle. Il semblerait que le rugby ne soit pas danois. Quels sont les sports danois, d'ailleurs??

    « Le vélo » me répondrez-vous. Certes. Si le Danemark n'est pas le "pays du vélo" (appellation jalousement revendiquée par Charlotte pour sa tendre et chère Hollande), il peut prétendre toutefois être le "royaume de la bicyclette". De là à dire que c'est le sport numéro 1... Les danois ne semblent pas considérer le vélo comme un sport, mais d'abord et avant tout comme un moyen de transport. C'est un peu comme marcher pour aller à l'école, en France. C'est faire du sport, mais par nécessité, en quelque sorte.

    Le sport numéro 1 au Danemark, à l'instar de l'Europe occidentale, est évidemment le football. On supporte beaucoup l'équipe nationale, mais aussi l'équipe du coin. A Århus, nous pouvons d'ailleurs nous targuer d'avoir la plus mauvaise équipe de la première division danoise (actuellement lanterne rouge).. Ce sport est beaucoup pratiqué, par les garçons comme les filles! Le nombre de terrains à libre disposition est assez impressionant: dans un rayon de cinq minutes à pied autour de chez moi, je dois pouvoir trouver quatre ou cinq terrains. Avec un super gazon, évidemment.

    Le sport numéro 2, c'est le handball. Ca tombe bien, je m'y suis mis l'année dernière! De là à continuer?... Sinon, les danois aiment aussi le volleyball, le tennis de table, bref, les sports d'intérieur. Etonnant, non? :)

     

     

    Et donc, pendant que la France a l'impression d'être le centre du monde, la vie continue bien tranquillement au Danemark. Et le festival bat son plein. A l'image de ce joyeux groupe de gays lurons danois:


    Et quelle suprise de retrouver, au détour d'une rue, le groupe d'indiens que nous avions vu à Bruges en avril! Observez bien et tendez l'oreille: c'est du playback, un honteux playback!


     

    Bon week-end à tous,

    Nico


    votre commentaire
  • Et oui, début du "plus grand festival de Scandiavie"... si si, j'ai lu ça quelque part :p

     

    Après une super semaine en France, retour au Danemark hier midi... sous la pluie! On a vu plus accueillant...

    Heureusement aujourd'hui le soleil était de retour. C'est toujours mieux, une rentrée sous le soleil. Car, oui, ici la rentrée universitaire a lieu le 3 septembre, et non le 24 septembre ou le 1er octobre comme dans les universités françaises! Bref, cette rentrée s'est traduite par une réunion d'accueil pour les "étudiants internationaux" de mon département (sciences humaines). L'occasion de revoir certains étudiants avec qui j'avais sympathisé durant le Denmark Today (mais pas de français à l'horizon!). L'occasion aussi d'avoir une présentation des cours et des professeurs... sachant que je ne participerai à aucun cours proposé par mon département! Mais je n'avais vraiment pas fait le déplacement pour rien: encore une fois, un buffet nous attendait à la sortie de la conférence, avec cette fois vin à volonté (du vin sud africain, pour ceux qui auraient crié victoire trop vite!). Je commence à vraiment l'aimer, cette université...

     

    Depuis vendredi dernier, et ce jusque dimanche prochain, se déroule un grand festival à Aarhus. De musique comme d'art de rue, c'est l'occasion de festivités dans toute la ville. Aujourd'hui, après la conférence, nous avons suivi Anna jusqu'à la mairie. Dans la grande salle polyvalente se déroulait... un cours de danse géant... alors nous y avons participé! Quelques figures de rock et une initiation à la salsa, le tout en danois s'il-vous-plaît, un chouette moment donc. Avec, en prime, une démonstration par nos professeurs en fin de cours (voir la vidéo). Le pied, c'est de savoir que ces cours ont encore lieu demain et mercredi, même endroit, même heure. Rendez-vous est pris!


     

    Demain, c'est le début des vrais cours... Et les retrouvailles avec les français!

    Vi ses,

    Nico


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique