• Non, il n'y a pas que les anglais qui savent en faire, des princesses jeunes et populaires. Mary de Danemark (à gauche sur la photo), épouse du futur roi Frederik, surnommée « la Diana du Danemark », fait partie de ces icônes qui - aux dires de la presse people - font rêver un royaume. Et qui acceptent de jouer le jeu de leur fonction jusqu'au bout, quitte à suivre un stage d'entraînement militaire. Voilà qui valait bien une photo dans Gala !

    Alors Carla, pas trop jalouse ?


    votre commentaire
  • Photo Claus Haagensen

    C'est qu'il s'en passe, des choses, au Danemark, en notre absence ! Un peu comme si les danois avaient attendu les fêtes pour bousculer le calme ambiant. D'abord, un député d'extrême-droite réclame une part de la Suède: grotesque si le parti populaire danois n'avait pas une influence considérable sur le gouvernement. Ensuite, à en croire le blog de Déborah, certains appartements du campus ont été visités: jamais très sympa. Enfin, les patrons de la Danske Bank et les policiers d'Aarhus se souviendront de leur noël 2007: un "petit" cadeau, certes en retard, évoqué par Viviane sur son blog, et dont la trace est encore visible sur les sites internets des journaux danois (bt.dk, avisen.dk).

    Brabrand sud (à quelques kilomètres de chez moi donc, habitant Brabrand nord), banlieue d'Aarhus. Banlieue (le quartier Gellerup plus précisément) ayant pour réputation d'être l'une des plus "chaudes" du Danemark. Evidemment, rien à voir avec les banlieues parisiennes délabrées. Cependant...

    Au petit matin du 27 décembre, visiblement bien remis de leur noël, de jeunes plaisantins (20 à 30 ans selon leur signalement) défoncent la clôture du dépôt de la Danske Bank avec un 4x4 Toyota, pénètrent dans le bâtiment (mes connaissances en danois restant limitées, je ne suis pas en mesure d'expliquer comment), s'emparent des billets et prennent la fuite à bord d'une Audi. La voiture sera retrouvée quelques heures plus tard à 10 kilomètres au sud, à défaut des gangsters qui, d'après mes recherches internet dans la langue d'Andersen (donc à prendre avec précaution), sont toujours en cavale.

    Là où le violent cambriolage est devenu un spectaculaire cass, et que les patrons de la Danske Bank ont dû faire la grimace, c'est lorsque la somme volée a été annoncée. Alors que les premières sommes faisaient état de "quelques millions" de couronnes volées, le bilan financier définitif est plus lourd: 26,7 millions de couronnes ont disparu. Soit le plus lourd cass de l'histoire du Danemark. Et ça s'est passé "chez moi": la classe, non?

    A cela, deux réflexions: d'abord, si Gellerup est une banlieue si dangereuse, pourquoi stocker autant d'argent à proximité? Peut-être la légendaire confiance danoise... Et puis, convertit en Euros, les 26,7 millions de couronnes danoises ne représentent plus "que" 4,17 millions d'euros. Bien sûr, ça n'est qu'à peine quatre fois ce que Sarkozy touchera pendant son quinquennat. On est surtout loin du pactole du cambriolage de la Northern Bank irlandaise (38 millions d'euros) de 2004, ou du plus gros "cass" de l'histoire française, en 1944, lorsque les FFI dérobèrent 2 milliards 280 millions de francs (soit environ 300 millions d'euros de 1992, déflation incluse). Fait plutôt amusant, le lieutenant Krikri, représentant de l'Etat major des FFI, sortit à la demande du représentant de la Banque de France spolié son carnet à souche et signa sur le plancher du wagon un reçu de 2 milliards 280 millions et 2500 francs. Les 2500 francs représentant le prix des 250 sacs de toiles renfermant les billets, chacun coûtant 10 francs. C'est ça, le soucis du détail...


    1 commentaire
  • Speak about De Gaulle and NATO, it's in fact speaking about the De Gaulle presidency, between June 1958 and April 1969. The General Charles de Gaulle already diriged France, when he was president of the Provisional Government of the French Republic, between 1944 and 1946. But in this time, the alliance with United States and Great Britain couldn't be removed. It was just the beginning of the post-war period: French economy needed the American aid, and France needed the recognition of its allies. Moreover the “Soviet threat” was not even worrying than thirteen years later, and NATO didn't had a reason to exist. After 1946, De Gaulle went out the french politics. He agreed with the Pact of Washington who created the Atlantic Alliance, and with the North-Atlantic Treaty Organization, the military structure of the Atlantic Alliance, because of the soviet threat. However, during the 1950's he criticized the subordination position of France in NATO, but it was not so original: number of french governments asked for a bigger place for France in the Organization.

    Speak about De Gaulle and NATO, it's understand the differences between the end of the Fourth Republic and the beginning of the Fifth Republic. The Fourth Republic was instable: the time of duration for the governments was around six months during the 1950th. The war in Algeria provoked the failure of the Fourth Republic: in may 1958 the french president René Coty, because of the risks of civil war, asked to the “more illustrious of french people”, De Gaulle, to come to the power to resolve the situation. The Fifth Republic, created by the Constitution of 1958, was more presidential and more stable: Charles De Gaulle stayed in the head of the country during eleven years. The Fourth Republic governments found to small the french place in NATO, but harmonized their military policy with the NATO's policy. De Gaulle used the same arguments during his presidency, but he brought novations to the french international politicy: prestige of his personality, determination and a new impulsion.

    Speak about De Gaulle and NATO, it's often speaking about the French withdraw of NATO, announced the 7th of march 1966 by De Gaulle to the American president Johnson, as a beginning for the “French independence”. In contrary, it was the result of the De Gaulle's policy into NATO. Years before, De Gaulle had already started this withdraw: an announcement of his policy in 1958, and some decisions the years after. 

    Speak about De Gaulle and NATO, it's to say that, when De Gaulle came to the power, Paris was the seat of the Atlantic Council and the headquater of its european military commands. When De Gaulle decided to leave the power, in April 1969, France was still member of the Atlantic Alliance, but had left the military structures of NATO. There was no more american soldiers on French territory (they had been fifty thousand few years before) and the NATO's institutions had moved to Belgium.

    Why De Gaulle disengaged France from NATO? How did this process functionned? And was De Gaulle an anti-american president?

    First, we will study the background of the beginning of De Gaulle's presidency (1). The second part will be devote to the French revendications into NATO (2). Then, we will analyse the different steps of the De Gaulle into NATO's policy between 1958 and 1969 (3). Discussions will be the subject of the last part (4).

     

    Demain, c'est vraiment les vacances. Fini les De Gaulle, les bouquins d'histoires, les archives du département d'état américain et les dictionnaires d'anglais. Ne reste plus que la conclusion à rédiger. Je vais enfin pouvoir me couper les cheveux, me raser, vidanger la voiture, commencer le montage vidéo, chercher du boulot pour l'été, refaire du violon, actualiser ce blog, profiter de la France. Bonne année à tous ; farniente, nous voilà !!


    votre commentaire
  • Le 14 juillet danois dure... un mois. Non, cela ne veut pas dire que le pays s'arrête de vivre pendant un mois, ni que plus personne ne travaille pendant une trentaine de jours (encore que, paraît-il qu'il y aurait une vingtaine de jours fériés ici... on les attend), ni que tout le monde est beurré une trentaine de soirées consécutives (encore que... - tout court..). Mais plutôt que, s'ils sont interdits tout le reste de l'année, les pétards sont autorisés tout le mois de décembre. Et c'est donc tous les soirs à la nuit tombée (la notion de nuit tombée valant pour 15h30, on s'entend), que l'on peut entendre et parfois, avec un peu de chance, apercevoir des feux d'artifices improvisés. Une autre façon de fêter noël.

    Une autre façon de fêter aussi le départ des étudiants étrangers - les derniers, les vrais! Entre autres, Nora, Petra et Matze sont partis aujourd'hui, Benny et Alex ne devraient plus tarder, Camille, Claire, Séb et moi partons demain, puis Céline, Lucie ou encore Hélène s'occuperont de la fermeture les jours suivants...

    PARIS, NOUS VOILA !!!


    2 commentaires
  • Le plus dur, lorsqu'on patine, c'est de cadrer l'image en maintenant son équilibre, le tout en évitant les chauffards qui vont à contre-sens - et peu importe l'âge qu'ils aient. Cet après-midi, c'est pas passé loin !



    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique