• votre commentaire
  • Je n'aime pas l'avion.

    Enfin, c'est pas totalement vrai. J'aime voler au dessus des nuages. Il y fait toujours beau. Le ciel est d'un bleu ciel à perte de vue (notez le calambour). En dessous, les nuages, d'un blanc pur et lumineux, ressemblent à un matelas de mousse à extincteur dans lequel on se jetterait bien volontier, à première réflexion du moins. Et, lorsqu'il fait très beau et que les nuages se font absents, c'est l'occasion d'observer la terre de très haut, de se prendre pour Yann Arthus-Bertrand quelques minutes et de relativiser sur la taille de l'être humain par rapport à la terre sur laquelle il vit.

    Non, je n'aime pas l'avion. Et pourtant, j'adore les décollages, ces moments grisants où l'accélération vous plaque au fond de votre siège. Puis, lors de la montée, cette sensation intense de peser le double de votre poids, alors que l'avion se cambre à plus de trente degrés. J'aime aussi ces zones de turbulences où tout l'appareil tremble, qui vous donnent l'impression que l'avion va décrocher d'un instant à l'autre, tout en sachant pertinemment que cela n'arrivera jamais. J'apprécie aussi les atterrissages, avec une préférence pour les plus violents. Je n'ai pourtant jamais été un grand fan de sensations fortes, mais l'avion m'inspire confiance. Va savoir.

    J'aime pas l'avion. Et pourtant, depuis tout petit, je suis fan de ces engins volants. J'ai joué avec des petits avions, j'ai beaucoup observé les avions dans le ciel. On a même vu l'atterrissage du dernier Concorde à Roissy, avec mon père. Les avions m'impressionnent par leur taille, leur bruit, leur vitesse, leur capacité à voler, tout simplement. Je suis aussi un fan des aéroports, de ces bâtiments immenses où le monde entier se croise sans se regarder, où les destinations aussi exotiques que lointaines s'entremêlent. Je m'impressionne toujours autant pour ces techniciens sur les pistes qui s'affairent autour de l'appareil et, en l'espace d'une heure, contrôlent l'avion, remettent du kérosène, déchargent et rechargent les soutes, nettoient l'intérieur, rechargent la nourriture, et remorquent l'avion jusqu'à le remettre sur la piste dans le bon sens.

    Vraiment, Je n'aime pas l'avion. Parce que là où un Paris-Aarhus nécessitera une heure de vol -contre 18h de bus-, l'ensemble des formalités et temps de déplacement, sans compter les habituelles perturbations, vous quadriplera voire quintuplera le temps de votre voyage... dans le meilleur des cas. Arriver deux heures à l'avance, enregistrer les bagages, se présenter aux portiques de sécurités, sortir l'ordinateur portable de son sac, retirer la ceinture, se faire frotter par le détecteur de métaux sous prétexte que votre jean, bourré de boutons, a fait sonner le portique, puis se présenter à la porte d'embarquement une demi-heure avant, embarquer, patienter le temps que tout le monde s'entasse dans l'avion, attendre un créneau de décollage sur la piste, puis patienter de nouveau que l'avion se vide à l'arrivée -les places les moins chères sont évidemment en fond de carlingue-, attendre les bagages au tapis roulant, trouver la sortie, dégoter un moyen de transport pour rejoindre la ville (les aéroports ne sont évidemment situés qu'à une proximité relative des villes qu'ils désservent), et -enfin- arriver au centre-ville. Le parcours du combattant moderne.

    Je n'aime pas l'avion, encore moins les compagnies aériennes. Les championnes d'annulation de vol pour «raisons techniques». Même les collégiens trouvent des excuses plus crédibles lorsqu'ils sèchent les cours. Les championnes de retard pour raisons -lorsqu'on vous en donne- aussi diverses que variées: du mauvais temps au bug informatique dû à la présence de deux danois du même nom dans l'avion. Impossible de prévoir donc un horaire crédible d'arrivée. Et puis, là où les grandes compagnies vous font patienter au moyen d'un petit dédommagement, les «low costs» font les morts. D'ailleurs, un low cost n'est jamais si low cost qu'il n'en fait la promotion: combien de site internet vous font payer le double (bagages, assurances, taxes d'aéroport, suppléments pour pigeons) de ce que leur publicité et les prix initiaux ne vous vantaient ? La Commission Européenne a d'ailleurs dénoncé cette situation honteuse et demandé début mai qu'elles se mettent en conformité avec les lois européennes à pas moins de... 80 compagnies aériennes.

    J'aime pas l'avion. Au moins, avec le bus, tu pars à l'heure et t'es à peu près sûr, à une demi-heure près, d'arriver à l'heure et directement au centre-ville - empiriquement et personnellement, c'est du moins l'expérience que j'en ai. Et surtout, tu montes dans ton bus au départ, et t'en descends à l'arrivée. Pas de soucis de changement, de retard, de météo, de bagages ou de terrorisme. Et au final, la différence de temps n'est plus si grande que ça. Et, avantage non anecdotique, cela donne le temps. De rencontrer, d'échanger, de lire, d'étudier, de dormir, de regarder le paysage. Syndrôme d'une société où l'on cherche à aller toujours plus vite pour un avantage tout relatif (12h pour faire Aarhus-Paris par avion vendredi dernier contre 18 en bus), n'aurait-on pas pour intérêt de ralentir un peu ?

    Et puis ça pollue. Non, j'aime pas l'avion. Mais faut reconnaître que c'est quand même bien pratique.


    2 commentaires
  • La "reine des casseroles" Cindy Sander vient d'annoncer que, outre l'arrivée dans les bacs du single "Papillon de Lumière", elle avait signé un contrat avec M6 pour faire une tournée sur les plages de France cet été. Des lunettes, serviettes et débardeurs aux couleurs de Cindy Sander devraient aussi débarquer sous peu. Enfin, pour couronner le tout, elle devrait sortir dans les mois prochains un livre qui devrait se nommer "Comment réussir à percer". En exclusivité, l'Auberge Danoise la coiffe sur le poteau, prouvant ainsi la facilité -et la possible dangerosité- de la chose:

    En revanche, ça n'a pas l'air de faire plaisir à tout le monde.


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique